Les nouvelles pour les mangeurs de viande ne sont pas très bonnes. L’Organisation mondiale de la santé a affirmé dernièrement que les viandes transformées étaient cancérigènes.

Pour Roberto Natale, propriétaire de la Charcuterie Noël, tout ça, c’est du remâché. «Ce n’est rien de nouveau. Ce sont de vieilles nouvelles, tout ça!» Selon M. Natale, les dangers de la manipulation et de la transformation des viandes viennent surtout des agents de conservation et de la transformation alimentaire de masse. «Chez nous, ce qui est bien, c’est qu’on fabrique nos propres charcuteries. On a un charcutier à temps plein,» explique M. Natale.

Pour lire le reste de cet article dans les pages du VOIR, cliquez ici.

Plus d'articles

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close