Aujourd’hui, quelques buzzwords dans le monde de la restauration sont inévitables. «Biologique», «sans gluten», «naturel», «saisonnier», «frais», «du marché», et tout récemment, «local» ou plus précisément, «kilomètre zéro». Un mot-valise existe d’ailleurs pour représenter cette mode: «locavore». Est-ce une utopie, un idéal? Pour certains, être locavore, c’est bien, mais… la qualité du produit l’emportera toujours. Par exemple, à la Pizzeria Romeo sur Mont-Royal Est, plusieurs des ingrédients utilisés sont d’inspiration italienne. Évidemment, le climat au Québec n’est pas celui d’Italie. Il n’y a pas de citrons qui poussent au Mont Saint-Hilaire et encore moins d’olives dans Charlevoix. Ceci signifie donc que certains produits devront être importés.

«Nous avons un bon mix d’ingrédients importés et locaux, explique le copropriétaire de l’endroit, François Sacchetti. On utilise, par exemple, de la mozzarella di buffala. Avant, on importait, mais maintenant on a un très bon produit qui est fait au Québec qu’on utilise pour mettre sur nos pizzas.»

Pour lire le reste de cet article par Cédric Lizotte dans les pages du VOIR, cliquez ici.

Plus d'articles

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close