Personne n’aime les taxes foncières!

Nos articles sur les villes les plus et les moins taxées ont soulevé les passions de certains de nos lecteurs. Outre la frustration habituelle envers le concept de taxation, certains ont souligné que les taux utilisés dans les articles ne comprennent pas toutes les variables de la facture finale.

À lire: . 10 villes du Québec qui ont les taxes foncières les plus élevées

À lire: 10 villes du Québec qui ont les taxes foncières les plus basses

Comme nous l’avons clairement indiqué, nous avons utilisé un seul critère dans nos classements: le taux de taxation. Bien entendu, ce taux à lui seul ne donne pas le montant des taxes municipales qu’un propriétaire doit payer. Il faut multiplier ce taux par la valeur de la propriété… et parfois ajouter d’autres taxes récurrentes ou ponctuelles.

Voici une liste non exhaustive des raisons pour lesquelles chacun reçoit un compte de taxes différent.

1. La facture moyenne des citoyens n’est pas la même, malgré les palmarès.
Les taux de taxation foncière utilisés dans nos deux articles représentent le taux par 100 dollars d’évaluation. Il faut donc évidemment prendre compte de la valeur des habitations taxées.

Par exemple, la facture moyenne pour un propriétaire de maison unifamiliale à Blainville, en ne tenant compte que des données qui se trouvent dans nos palmarès, est de 1907,03$ par année, puisque la valeur moyenne des maisons unifamiliales dans cette municipalité est de 357 792$ et que le coût par 100 dollars d’évaluation est de 0,5330$.

Pour lire le reste de cet article par Cédric Lizotte dans les pages du blogue de Guide Habitation, cliquez ici.