Le 26 avril 2013 était publié dans le cahier weekend du Journal de Montréal un spread de 4 pages sur le dépaysement au Myanmar, écrit par Cédric Lizotte. Canoe a repris l’article dans son intégralité.

Qu’arriverait-il si, en 1962, un pays devenait complètement coupé du monde, comme si ses frontières devenaient des murs impénétrables, et que rien n’y entrait, et que rien n’en sortait?

Qu’arriverait-il si, durant 50 ans, la classe dirigeante s’entêtait à utiliser le travail forcé de sa propre population pour construire des routes et des pipelines, à se servir de l’astrologie comme moyen de prendre des décisions et à favoriser la corruption à tous les niveaux? Le dépaysement au Myanmar.

Qu’arriverait-il si, du jour au lendemain, ce pays s’ouvrait au monde extérieur et, comme le barrage d’une rivière qui ouvre ses vannes, laissait entrer les touristes?

C’est le dépaysement au Myanmar.

Cliquez ici pour lire le reste de l’article de Cédric Lizotte dans les pages de Canoe.

Plus d'articles