Le monde du rhum en est un tout aussi complexe que celui du whisky, cependant ses différences ne sont pas autant célébrées. Pourtant, les techniques de fabrication et de maturation restent tout aussi importantes, et les imposteurs méritent d’être démasqués!

Aussi, le rhum est une boisson qui est très utilisée par les mixologues. Comment utiliser un rhum à son plein potentiel? En capitalisant sur ses caractéristiques.

Lisez à propos des différences entre les rhums, puis rendez-vous dans le bas de cet article pour lire sur chacun des plus grands rhums du monde, de leur provenance ainsi qu’une suggestion sur leur utilisation!

Le rhum, une affaire coloniale

On raconte que le rhum est une invention d’esclaves des Caraïbes. Dans les entreprises de production de sucre, la mélasse, le résidu qui était rejeté dans le procédé menant entre le jus de canne à sucre et le sucre, était rejetée et donnée aux esclaves. Ce sont eux qui auraient distillé la mélasse pour la première fois pour en faire du rhum.

Aussi, les différentes colonies où le sucre était produit – françaises, anglaises, espagnoles – ont toutes des méthodes de production un brin différentes, ce qui signifie que le résultat final n’est pas le même.

Au goût…

Les rhums des anciennes colonies anglaises sont plus foncés, plus fumés, plus épicés, tandis que les rhums des anciennes colonies espagnoles sont plus légers, plus vivants, avec des goûts plus fruités.

Dans le monde des anciennes colonies espagnoles, les rhums añejo (vieillis) sont relativement doux et se boivent bien seuls, ou peut-être sur glace.

De leur côté, les rhums des anciennes colonies françaises ont un goût complètement différent, puisque les rhums dits “agricoles” sont faits de jus de canne à sucre et non pas de mélasse. Ils sont donc plus purs, plus forts au goût, et se rapprochent des arômes de tabac et de cuir.

Et puisque ces trois pays ont conquis, à un moment ou un autre, un pourcentage choquant de pays dans le monde, il est possible de trouver beaucoup de rhums différents à l’extérieur des Caraïbes. Le rhum Tanduay, des Philippines, est un des plus vendus de la planète, et à quatre dollars la bouteille, ce n’est pas étonnant. Old Monk, en Inde, est un rhum industriel très foncé qui goûte le caramel et la banane, et se mixe merveilleusement bien. À Madagascar, Dzama et Mangoustan en surprendraient plus d’un lors d’un test à l’aveugle.

Les rhums blancs ne sont pas vieillis; les rhums bruns le sont. Certaines grandes compagnies ajoutent des colorants et des arômes à leurs rhums (Malibu, Captain Morgan Spiced, Sailor Jerry, Kraken…) Buvez-les à vos risques et périls!

Quoi faire avec ces rhums?

Bien sûr, tous peuvent être bus seuls ou sur glace. Certains des rhums les plus dispendieux devraient d’ailleurs être consommés tel quel. Aussi, tous font de merveilleux cocktails. Cependant, dépendamment du rhum et de son profil, ceux-ci se prêtent mieux à la confection de certains cocktails. Voici l’opinion d’experts!

Rhum blanc

Le rhum: Brugal Extra Dry

Le mixologue: Nicolas Villalon, ambassadeur de marque pour le rhum Brugal

“Au Canada on est habitués aux rhums blancs qui viennent directement de l’alambic, c’est à dire non-vieillis. Brugal extra-dry est vieilli durant 2 à 5 ans en barriques de bourbon usagées, ce qui nous permet d’aller chercher un profil aromatique plus souple et plus complexe. C’est un rhum beaucoup plus doux. Il est filtré sur charbon activé.”

Recette de cocktail: Daiquiri classique

2 parts de rhum blanc
1 part de jus de lime fraichement pressé
¾ de part de sirop simple
Mettez tous les ingrédients dans un shaker rempli de glace, agitez avec énergie pendant une dizaine de secondes, puis versez, sans glace, dans une coupe à cocktail.

Rhum agricole (méthode française)

Le rhum: Barbancourt

Le mixologue: Dan Lima, proprio et barman au pub-restaurant Rosewood Montreal

“Pour moi, les rhums agricoles vieillis en fût de chêne sont des produits qui se boivent bien seuls. Cependant si on les mixe, il faut garder en tête qu’il s’agit de produits délicats.”

Le cocktail: Old Cuban

1½ oz de rhum Barbancourt vieilli 4 ans
¾ oz de jus de lime pressé
½ oz de sirop simple
2 traits d’amers Angostura
Une branche de menthe

Mettez tous les ingrédients dans un shaker rempli de glace, agitez, versez sans la glace dans une coupe à cocktail et remplissez le reste de la coupe avec un vin blanc mousseux.

Rhum à l’anglaise

Le rhum: Pusser’s Navy Rum

Le mixologue: Romain Cavelier, Ambassadeur pour la distillerie Cirka

“L’amertume de l’amaro et le sucré du miel se marie à la perfection avec le rhum sur les épices et sur la puissance de style anglais.”

Recette de cocktail: Bee Sting Lemonade

2oz Pusser’s Navy Rum
1/2oz sirop de Miel
3/4oz de jus de lime
1/2oz d’amaro Averna

Shaker tous les ingrédients sauf le tonic. Filtrer dans un verre Collins. Remplir le verre de glace. Allonger avec du tonic. Garnir avec une rondelle de lime, et de 2 pailles.

Rhum à l’espagnole

Le rhum: Zacapa Centenario

Le mixologue: Lawrence Picard de Nectar & Mixologie

“Les rhums de type espagnol sont caractérisés par leur bouquet très fruité similaire au brandy. Ils ont presque tous des éléments de raisin, de baies et de groseilles. Brugal est mon rhum favori, mais j’ai choisi le Zacapa Centenario, du Guatemala.

Recette de cocktail: Nectar en Vacationes

2 oz de Zapaca Centenario
¼ oz de sirop d’érable
4 traits d’amers Angostura
Un gros morceau de gingembre
2 oz de soda

Écraser le gingembre avec le sirop d’érable et les amers. Ajouter de la glace et le rhum et compléter avec du soda.

Plus d'articles

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close